Urwerk UR-220 Red Gold : clap de fin pour la collection 220 !

Urwerk UR-220 Red Gold

Dernière représentante de la collection 220, cette UR-220 Red Gold est étincelante, flamboyante. Son boîtier a été forgé dans l’or 4N et son bracelet texturé est d’un blanc immaculé. Une atmosphère résolument années 80.

Avec deux couleurs prédominantes, l’or et le blanc, on verrait bien cette UR-220 Red Gold aux poignets de Sonny Crockett et Ricardo Tubbs dans « Miami Vice ». Les deux flics héros de cette série à succès ont marqué les jeunes années de toute une génération. « L’or et le blanc. Cela peut sembler un mariage improbable. » nous confie Martin Frei, artiste et co-fondateur d’Urwerk. « Mais le combo résonne profondément en moi comme un souvenir heureux. Je revois les héros super cool de mon adolescence aux quels nous voulions tous ressembler. »

Urwerk UR-220 Red Gold

Pour comprendre ce qui a fait le succès de la collection 220, il faut revenir sur quelques caractéristiques en commençant, une fois n’est pas coutume, par l’arrière de la montre. L’Oil Change, indicateur de temps de fonctionnement du mouvement, prend la forme d’une jauge numérique dont l’unité est le mois, indiquée sur deux rouleaux adjacents. Le démarrage du compteur est activé par le porteur de la montre. Il lui faut enlever la goupille de protection et enclencher le bouton poussoir au dos de la UR-220.

Dès lors, les compteurs s’activent et affichent la durée de fonctionnement du mécanisme en mois. Au bout de 39 mois, 3 ans et 3 mois, il est recommandé de procéder à un service. Au terme de celui-ci, le compteur est remis à zéro et la goupille remplacée.

Urwerk UR-220 Red Gold

Sur le carrousel, la UR-220 affiche une complication d’affichage satellite. En effet, les heures vagabondes sont affichées sur trois cubes rotatifs. Chacun à leur tour, ils s’insèrent dans une aiguille des minutes évidée. Ensemble, ils parcourent 120 degrés le long de la minuterie avant que, l’heure achevée, l’aiguille ne fasse un grand saut de retour à l’index « 0 » pour accueillir le cube suivant. Cette minute rétrograde est certainement encore la plus imposante existante dans une montre de poignet. Dans une recherche de gain de puissance et de vélocité, toutes les faces de l’aiguille des minutes ont été ajourées.

Autre information présente sur le cadran, l’indication de la réserve de marche qui se lit sur deux sous-cadrans. L’autonomie du mouvement est indiquée par ces deux jauges de 24 heures chacune. Lors du remontage manuel, c’est la jauge de droite qui sera la première à rendre compte de l’armement du ressort de barillet. Une fois atteint son maximum, c’est l’indicateur de gauche qui lui succèdera. Cette réserve de marche répartie sur deux « réservoirs » est constituée à elle seule de 83 éléments mécaniques, gage de sa complexité d’élaboration.

Comme aucun détail n’a été négligé ici, la typographie des index de la UR-220 a été entièrement repensée par Martin Frei. Les chiffres des heures et des minutes sont encore plus acérés.

Crédits photos : Urwerk

Urwerk UR-220 Red Gold