Le macaron de Bugatti : un emblème unique en argent !

Le macaron de Bugatti

150 grammes d’argent sterling. Un estampage extrêmement fin, un émail brillant et un effet 3D. Voici comment est fabriqué le célèbre macaron de Bugatti apposé sur le radiateur de chaque véhicule.

Dès la fondation de la marque, Ettore Bugatti a fixé une plaque ovale en métal émaillé sur le radiateur de la Bugatti Type 13. Première Bugatti officielle. L’idée de la forme ovale avec lettres blanches sur fond rouge a germé dans l’esprit même d’Ettore Bugatti. Selon les instructions de fabrication, le modèle devait être réalisé à partir de la découpe d’un cylindre d’un diamètre de 45 mm et selon un angle de 30 degrés.

Les mascottes de radiateurs, fortement appréciées à l’époque et utilisées à foison, n’auraient que brouiller le design de ses véhicules. Seule exception à cette règle, l’éléphant dansant sur la Bugatti Type 41 Royale de 1926, copie d’une sculpture et hommage à Rembrandt, son frère décédé.

Le macaron de Bugatti

Le logo comprend aussi les initiales EB, pour Ettore Bugatti, de couleur noire, ainsi que 60 points rouges sur une bande blanche formant une bordure. Le rouge symbolise la force et la passion, le blanc l’élégance et la noblesse, le noir l’excellence et le courage. Selon la légende, les 60 points symbolisent des perles ou des fils de style Art Nouveau. À l’époque, ces points faisaient office de goupilles, symbolisant la liaison durable entre les pièces mécaniques.

Depuis 15 ans, les logos moderne de Bugatti sont fabriqués à la main par l’entreprise Poellath en Bavière. Elle est la seule capable de fabriquer ce logo en émail avec effet 3D. Cet emblème pése tout de même 159 grammes, y compris les émaux et les vis de fixation. Environ 20 ouvriers spécialisés travaillent près de dix heures pour réaliser un exemplaire de cette pièce exclusive.

Le macaron de Bugatti

Le matériau de base en argent 970 est estampé plusieurs fois. Le lettrage de Bugatti se détache de 2,1 mm du fond du macaron, au même niveau que la couronne. Contrairement au procédé de moulage, les contours formés par estampage sont nettement plus clairs et de meilleure qualité. Après l’estampage, le logo subit le processus d’émaillage.

Particularité : le bombement typique du logo se forme de lui-même, car les émaux durcissent dès 600 degrés alors que l’argent situé en dessous continue de se contracter. La très fine couche d’émail d’environ 0,5 millimètre du fond durcit donc nettement avant le métal, formant automatiquement ce léger bombement de l’ensemble du macaron. C’est aussi ce qui produit l’effet 3D.

Enfin, les boulons de fixation fabriqués spécialement à partir d’une seule pièce sont soudés et la surface est à nouveau contrôlée. Les pores fins et inévitables dans les émaux ne sont pas des imperfections, mais ils attestent de la singularité du processus de fabrication et font de chaque logo une pièce véritablement unique.

Crédits photos : Bugatti

Le macaron de Bugatti

Le macaron de Bugatti

Le macaron de Bugatti

Le macaron de Bugatti

Le macaron de Bugatti

Le macaron de Bugatti