Six Bugatti Veyron inoubliables pour Achim Anscheidt

Bugatti Veyron

Il y a 15 ans, débuté la production de la Bugatti Veyron 16.4, première hypersportive du monde avec ses 1001 chevaux. En dix ans, c’est 450 exemplaires, coupé ou roadster, qui sont sortis de l’usine de Molsheim. Achim Anscheidt, directeur du design chez Bugatti, se souvient de ses six modèles favoris.

Veyron 16.4 Pur Sang (2007)
« Se souvenir de la Veyron 16.4 Pur Sang, c’est comme se rappeler la naissance de son premier enfant. Un événement aussi émouvant ne s’oublie jamais. Il s’inscrit profondément dans la mémoire », explique Achim Anscheidt. Au lieu de deux couleurs, ce sont le carbone et l’aluminium qui contrastent sur la Pur Sang. Pour mettre en exergue la beauté technique de ces matériaux, Bugatti renonce à la peinture pour une nouvelle interprétation extraordinaire. L’enveloppe extérieure en carbone recouvre le moteur W16 et l’habitacle tandis que le revêtement en aluminium souligne les contours de la Veyron par des jeux de lumière.

Bugatti Veyron

Avec la Pur Sang, ce sera le début d’une série d’éditions spéciales et le lancement d’un programme de personnalisation. La Veyron 16.4 Pur Sang était limitée à seulement cinq exemplaires et Bugatti en a vendu une toutes les 45 minutes au Salon international de l’automobile de Francfort en 2007.

Bugatti Veyron 16.4 Super Sport (2010)
« La Veyron 16.4 Super Sport que nous avons présentée en 2010 est et reste pour moi un véhicule très particulier. C’était la première fois qu’au département design de Bugatti nous avons appliqué aussi résolument la méthode : form follows performance. Car pour réaliser notre projet, battre le record du monde de vitesse avec des véhicules de série, nous devions optimiser l’aérodynamique », explique Achim Anscheidt.

Bugatti Veyron

Une silhouette plate et allongée permet de fendre le vent et deux buses d’air NACA aménagées dans le toit alimentent en air l’énorme moteur, dont la puissance passe à 1 200 ch afin d’atteindre les 100 km/h en 2,5 secondes et une vitesse maximale de 415 km/h. Les détails du toit s’appuient sur l’ancien design de la Bugatti EB110 SS, la Super Sport des années 1990. « Lors d’un test de vitesse maximale sur la piste d’essai d’Ehra-Lessien en Allemagne, j’étais à environ 10 mètres de la piste lorsque la Veyron 16.4 Super Sport est passée en filant devant nous. C’était absolument incroyable. Je ne l’oublierai jamais ».

Bugatti vend la Veyron 16.4 Super Sport à partir de juillet 2010 et les cinq premières éditions spéciales « World Record Edition » sont immédiatement épuisées.

Bugatti Veyron

Bugatti Veyron

Veyron 16.4 Grand Sport L’Or Blanc (2011)
Cet incroyable exemplaire a vu le jour au cours de l’été 2011. Conçu en collaboration avec la Manufacture de porcelaine de Berlin, la Veyron 16.4 Grand Sport L’Or Blanc parie sur une porcelaine de haute qualité sur et dans le véhicule, une première dans le domaine de l’automobile. Pour cette pièce unique, véritable « Art-Car », Achim Anscheidt et son équipe ont cherché a créer un véhicule qui reflète parfaitement l’image Bugatti : extrême qualité, matériaux rares et travail à la main.

Bugatti Veyron

Dans un premier temps, les designers ont projeté les réflexions d’une rampe lumineuse sur l’extérieur d’une Veyron. Ces reflets laissent supposer la beauté, la qualité et la tension d’une surface. Les proportions et les courbes du véhicule se laissent ainsi mieux deviner. Les designers ont alors capté la magie de ces réflexions en collant des bandes bleues en papier de soie coupées avec précision sur cette Veyron peinte en blanc.

Bugatti Veyron

Sans cesse, l’équipe réexamine le travail et réajuste le rapport des bandes avec les espacements. À la fin, les lignes se tendent comme un réseau de reflets lumineux sur la surface de la Veyron. « Le résultat génère des associations avec un vase chinois de la période Ming et c’est ainsi que nous est venue l’idée d’une coopération avec la Manufacture de porcelaine de Berlin », se souvient Achim Anscheidt.

Il en résulte la combinaison d’un matériau fragile, extrêmement beau, avec un véhicule à la technique hautement complexe. L’Or Blanc devient la porcelaine la plus rapide du monde. Les lignes dessinées sont remplacées à la main au millimètre près par des spécialistes par de la peinture bleu foncé évoquant la royauté. Cette Bugatti unique a été vendue à un collectionneur.

Bugatti Veyron

Bugatti Veyron

Bugatti Veyron

Veyron 16.4 Grand Sport Vitesse (2012)
« Au début, nous, les designers, étions critiqués car la Grand Sport Vitesse ne ressemblait pas assez à un roadster », explique Achim Anscheidt. « Désormais, nos clients apprécient le fait qu’avec le toit fermé, elle ressemble à un coupé ». Avec une vitesse officielle de 408,84 km/h, la Grand Sport Vitesse établit en 2013 un nouveau record du monde pour une voiture sportive décapotable.

La production de cette édition World Record Car de la Grand Sport Vitesse a été limitée à huit exemplaires et s’est immédiatement retrouvée en rupture de stock. Dans l’Atelier de Molsheim, 92 Grand Sport Vitesse seront assemblées sur un total de 150 roadsters. Les seules hypersportives ouvertes Bugatti de l’ère moderne.

Bugatti Veyron

Veyron Grand Sport Venet (2012)
Une autre pièce unique, œuvre d’art inégalable, est née en collaboration avec l’artiste et sculpteur français Bernar Venet. Avec un véhicule qui porte le même nom que la Veyron 16.4 Grand Sport, Bugatti crée un véritable objet d’art qui associe un design de surface fascinant avec un habitacle évoquant la Haute couture.

« Développer un véhicule avec un artiste connu qui n’a jamais travaillé dans le design automobile peut s’avérer une affaire délicate. Avec Bernar Venet, ce fut dès le départ un processus intégralement créatif. Ce fut fascinant et impressionnant de voir comment il travaillait et créait des sculptures démesurément grandes. Nous avons étroitement collaboré avec lui et au final, une œuvre véritablement éblouissante a pris naissance », explique Achim Anscheidt.

Bugatti Veyron

L’enthousiasme de Bernar Venet pour les chiffres et les mathématiques fut le point de départ. Telle une explosion, les formules mathématiques du calcul de la performances du moteur W16 et de la vitesse couvrent l’avant jusqu’aux flancs en passant par les ailes. Le coloris rouille des chiffres, qui sont aussi présents dans l’habitacle, se réfèrent à une série de sculptures à succès de Venet.

La Grand Sport Venet a été présentée au grand public en décembre 2012 dans la Collection de la famille Rubell à l’Art Basel Miami Beach et fait aujourd’hui partie d’une collection privée.

Bugatti Veyron

Bugatti Veyron

« Les Légendes de Bugatti » – Etorre Bugatti (2014)
Pour Achim Anscheidt, les voitures les plus impressionnantes sont encore aujourd’hui les véhicules de légende Jean-Pierre Wimille, Jean Bugatti, Meo Costantini, Rembrandt Bugatti, Black Bess et surtout Ettore Bugatti, toutes faisant partie de l’édition spéciale « Les Légendes de Bugatti ». La sixième et dernière édition de la série basée sur la Veyron 16.4 Grand Sport Vitesse est extraordinaire, notamment pour sa carrosserie en carbone apparent bleu foncé et en aluminium poli à la main et son habitable en cuir de Cordoue fabuleusement souple et naturel.

Bugatti Veyron

« Quiconque a possédé des chaussures dans ce matériau a été fasciné par la qualité du cuir de Cordoue et le plaisir de sa durée de vie. C’était exactement notre approche lors de la création de l’habitacle de cette Légende », explique Achim Anscheidt. Les trois exemplaires furent immédiatement épuisés, tout comme les 18 unités de cette édition spéciale en six parties.

Bugatti Veyron

Bugatti Veyron

Bugatti Veyron

Bugatti Veyron

Achim Anscheidt
Achim Anscheidt est Directeur du design de la marque Bugatti depuis 2004. Il est le responsable stylistique des Bugatti Veyron Grand Sport, Veyron Super Sport, Veyron Grand Sport Vitesse, des showcars Bugatti Galibier et Bugatti Vision Gran Turismo. On lui doit aussi la Bugatti Chiron, la Bugatti Divo, La Voiture Noire et la Bugatti Centodieci, ainsi que les dérivés Chiron Super Sport 300+ et Pur Sport.

Achim Anscheidt a étudié le design automobile à l’académie des arts à Pforzheim en Allemagne, ainsi qu’à l’Art Center College of Design à Pasadena, aux États-Unis. En 1993, son diplôme en poche, il a entamé sa carrière au Styling Center de Porsche AG, à Weissach. Il a intégré le Groupe Volkswagen en 1996. Avec plus de 25 ans de carrière dans le design automobile, il a assumé la direction du service Advanced Design du groupe Volkswagen, à Barcelone, puis au sein du Design Center de Potsdam.

Né le 30 juillet 1962 à Stuttgart et fils du triple champion du monde de moto Hans Georg Anscheidt, il a lui-même connu des succès en tant que champion junior allemand en trial moto, et consacre aujourd’hui encore une partie de son temps libre à sa Porsche 911 classique personnalisée. En tant que designer en chef de la marque Bugatti, Achim Anscheidt a rédigé l’almanach Bugatti « Art, Forme, Technique ».

Crédits photos : Bugatti

Achim Anscheidt