Christophe Claret Maestro Quetzalcoatl

Christophe Claret Maestro Quetzalcoatl

Principale divinité de l’ancien Mexique, Christophe Claret a fait du serpent à plumes une pièce maîtresse de sa montre Quetzalcoatl. Minutieusement gravé à la main, celui-ci s’incorpore délicatement autour du mouvement de la Maestro.

Christophe Claret, passionné par l’histoire, s’est intéressé à la mythologie Mexicaine pour créer sa nouvelle pièce, la Maestro Quetzalcoatl. Divinité Aztèque, patron des prêtres et protecteur des artisans, le serpent à plumes se révèle entre les aiguilles des minutes et des heures, l’indicateur de la fonction Memo et le balancier-spiral.

Pour accueillir les formes ondoyantes du serpent Quetzalcoatl, la montre Maestro s’est imposée tout naturellement. Dans la continuité du modèle dévoilé en 2017, la Maestro Quetzalcoatl séduit par sa forme et ses proportions, par les lignes pures de son boîtier de 42 mm en titane PVD noir qui s’ouvre sur un impressionnant dôme de verre saphir.

Pièce audacieuse et contemporaine pensée pour les trend-setters et les prescripteurs de tendances, la Maestro offre une superbe perspective sur le mouvement et le corps sinueux du serpent qui se laisse admirer sous toutes ses facettes, sous toutes ses écailles. La Maestro s’avère également idéale par son mouvement à remontage manuel dont les composants, savamment agencés, se déploient visuellement, dans un foisonnement technique que l’on dirait inspiré d’une jungle luxuriante.

Christophe Claret Maestro Quetzalcoatl

La construction de l’ensemble se révèle à travers une architecture en plusieurs dimensions. À l’instar de tous les garde-temps signés Christophe Claret, la Maestro dévoile une multitude de détails qui lient la technique et l’esthétique avec une rare cohérence. Les amateurs de la Maison y reconnaîtront la signature de l’horloger à travers les fameux ponts étagés et squelettés Charles X, aux 26 coins rentrants, devenus au fil des collections une marque identitaire de Christophe Claret. Mélange habile de classicisme et de modernité, le squelettage du pont soutenant l’échappement offre au regard toutes ses subtilités.

L’aventure visuelle dans les coulisses du mouvement se poursuit avec les deux barillets placés en majesté à 12 heures et montés en série pour un rendement optimal. Une fois encore, les ponts ont été squelettés pour offrir une vision exemplaire de la lame de ressort du premier barillet et ainsi permettre au porteur de la montre d’évaluer l’état de la réserve de marche de 7 jours.

Côté complications, la Maestro Quetzalcoatl illustre à nouveau l’audace créative de Christophe Claret. Disposée à 5 heures, une grande date brevetée constituée de deux cônes, le premier pour les dizaines sur la partie supérieure, le second pour les unités, effectue un saut semi instantané entre minuit et minuit vingt. Comme un écho esthétique à cette date en 3D, la fonction Memo caractéristique de la Maestro prend place à 3h30.

Crédits photos : Christophe Claret

Christophe Claret Maestro Quetzalcoatl