La Bugatti Divo dévoilée à Monterey.

Bugatti Divo

Le rassemblement automobile The Quail : A Motorsports Gathering à Monterey en Californie vient d’être le théâtre de la présentation en premier mondiale de la nouvelle Bugatti Divo. Plus légère et plus dynamique que la Chiron, cette supercar ne sera produite qu’à seulement 40 exemplaires qui ont tous déjà trouvé preneur auprès de passionnés de la marque.

Ce nouveau modèle doit son nom au pilote français Albert Divo, qui remporta, à la fin des années 1920, deux victoires au volant d’une Bugatti sur le tracé sinueux de la Targa Florio, la célèbre course d’endurance sicilienne. Déclinaison moderne de l’expertise Bugatti en matière de conception de carrosserie automobile, la Divo bénéficie d’une aérodynamique optimisée jusque dans les moindres détails.

Bugatti Divo

Le capot avant a été doté d’entrées d’air afin d’en réduire la surface de frottement et d’optimiser les flux d’air à l’avant de la voiture pour une plus grande efficacité aérodynamique. Un rideau d’air (Air Curtain) assure un meilleur écoulement de l’air sur les flancs de la voiture, à l’avant comme à l’arrière.

Le nouveau spoiler avant, aux dimensions généreuses, assure une déportance accrue et permet de diriger l’air vers les entrées avant. Ainsi, le système de refroidissement est alimenté par une masse d’air plus importante, ce qui se traduit par un meilleur refroidissement de la voiture dans son ensemble.

Bugatti Divo

Les freins sont refroidis par quatre sources d’air distinctes disposées de chaque côté de la voiture. L’air pénètre par la zone à haute pression créée au-dessus du parechoc avant, par les entrées disposées sur les ailes avant, par l’entrée d’air du radiateur avant et par les diffuseurs situés devant les passages de roue. L’air froid est dirigé par des aubes vers les disques de frein. L’air chaud est ensuite dissipé vers l’extérieur par le passage de roue via un écran thermique. Ce dispositif permet d’éviter la surchauffe des freins et de maintenir les pneumatiques à température optimale. Par ailleurs, les passages de roue sont ventilés par des ouïes à lamelles sur les ailes.

Le profil aérodynamique NACA optimise la pénétration dans l’air de la voiture. Cette ligne de toit, associée au capot arrière dans son design entièrement nouveau, permet d’acheminer un important flux d’air dans le compartiment moteur, contribuant ainsi de manière décisive à la régulation thermique du groupe motopropulseur.

Bugatti Divo

La Divo est dotée d’un nouvel aileron arrière. Son angle d’inclinaison varie en fonction du mode de conduite sélectionné, et lorsqu’il est entièrement déployé vers l’avant, il fait office d’aérofrein. Cet aileron arrière mesure 1,83 mètre, soit un gain en largeur de 23 % par rapport à celui de la Chiron. Son effet aérodynamique est renforcé par un diffuseur arrière entièrement reconfiguré pour gagner en efficacité, et dans lequel sont logées les quatre sorties d’échappement. Au total, la déportance atteint 456 kg, soit 90 kg de plus que sur la Chiron.

Le châssis de la Divo bénéficie de nouveaux réglages, comme l’augmentation du carrossage. La direction et les amortisseurs ont été réglés de manière à bénéficier d’une réponse plus directe et d’un comportement dynamique nettement plus sportif dans tous les modes de conduite : EB, Autoroute et Handling.

Bugatti Divo

Grâce à de nouvelles jantes en alliage léger, un carter du refroidisseur d’air de suralimentation en fibre de carbone, l’optimisation du système de fixation des volets du diffuseur avant, la suppression de certains matériaux isolants et l’intégration d’un nouveau système audio, la Divo est plus légère de 35 kg par rapport à la Chiron, et boucle ainsi le circuit de Nardo en 8 secondes de moins que cette dernière.

Esthétiquement aussi, la Divo se démarque des autres Bugatti proposées aujourd’hui. Avec ses flancs effilés, ses lignes plus allongées, la Divo a une silhouette plus ramassée. Ses formes et ses appendices aérodynamiques créent visuellement une séparation horizontale, soulignée par les différentes teintes de carrosserie.

Bugatti Divo

La partie supérieure arbore une teinte argent mat, « Titanium Liquid Silver », créée spécialement et qui met en valeur ses formes athlétiques. La partie inférieure en carbone apparent arbore une nuance bleu pétrole exclusive baptisée « Divo Carbon ». Quant à la teinte turquoise « Divo Racing Blue » que l’on retrouve sur certains éléments de carrosserie et sur les pneumatiques, elle apporte un saisissant contraste du plus bel effet.

Les teintes et les matériaux choisis pour la carrosserie se prolongent dans l’habitacle. Le carbone en finition haute brillance de la carrosserie se décline en version mate. L’habillage en Alcantara gris sombre « Divo Grey » offre un contraste tout en élégance avec les inserts métalliques gris anodisé. Le bleu « Divo Racing Blue » habille les sièges et les éléments intérieurs de façon surprenante. En effet, le bleu prédomine côté conducteur, tandis que le côté passager arbore un habillage plus sombre.

Bugatti Divo

Les sièges, dans leur nouveau design, offrent un meilleur maintien latéral et sont ornés de motifs en losange brodés en relief qui réinterprètent l’architecture de la grille et des feux arrière. Le volant est en partie revêtu d’Alcantara et comprend des palettes plus amples. La console centrale, avec ses accoudoirs plus grands et ses garnitures de protection des jambes, offre un plus grand confort. Enfin, de conception nouvelle, la lunette arrière en matériaux allégés permet, en fonction du réglage, d’apprécier pleinement la sonorité unique du 16 cylindres de 1500 chevaux.

Albert Divo (1895-1966)
Albert Divo est né à Paris le 24 janvier 1895 sous le nom d’Albert Eugène Diwo. Pilote de combat lors de la Première Guerre mondiale, il travaille d’abord comme mécanicien. Sa carrière de pilote automobile commence en 1919. Il court alors pour Sunbeam puis sur Talbot-Darracq. Il remporte rapidement ses premiers succès, et en 1923, il gagne le Grand Prix d’Espagne à Sitges. En 1924, il court pour l’écurie Delage et fera un court passage chez Talbot de 1926 à 1927.

Albert Divo

Albert Divo rejoint l’équipe d’usine de Bugatti en 1928. Il remporte dès sa première année la Targa Florio au volant d’une Bugatti Type 35 B. Il renouvelle l’exploit l’année suivante. En 1930, il termine troisième à Spa. S’en suivront des participations à d’autres épreuves automobiles pour Bugatti jusqu’en 1933, sur des Bugatti Types 51, 53, 54, mais aussi sur des Bugatti Types 45 et 47.

Albert Divo

En 1939, il met un terme à sa carrière. Après la Seconde Guerre mondiale, Albert Divo travaille comme directeur de compétition pour la société Castrol. En 1962, il est l’un des membres fondateurs du Club International des Anciens Pilotes de Grand Prix F1, à Villars-sur-Ollon en Suisse. Chevalier de la Légion d’honneur, il s’éteint le 19 novembre 1966 à Morsang-sur-Orge, au sud de Paris, dans la maison où il s’était retiré.

Crédits photos : Bugatti.

Bugatti Divo

Bugatti Divo

Bugatti Divo

Bugatti Divo

Bugatti Divo

Bugatti Divo

Bugatti Divo

Bugatti Divo

Bugatti Divo

Bugatti Divo

Bugatti Divo

Bugatti Divo

Bugatti Divo