Le Bar Botaniste : 20 cocktails inédits signés Clément Emery.

Le Bar Botaniste

Le Bar Botaniste au Shangri-La Hotel, Paris crée la surprise grâce à l’expertise et l’inventivité de son Chef barman Clément Emery, qui signe une nouvelle carte de 20 cocktails inédits tout à fait surprenants.

Clément Emery a poussé l’inspiration au fil des saisons et des voyages pour imaginer une carte de cocktails aux saveurs inattendues, complexes et marquantes, fruit de neuf mois de recherches poussées. Qu’il s’agisse de poivre blanc de Malabar, d’ail noir d’Aomori, de sumac des voyageurs, de tabac Kentucky, de fleur d’immortelle, de Kalamansi, de sève de pistachier, de mélilot… Ce passionné avant-gardiste nous invite à découvrir sa bibliothèque de saveurs bien souvent méconnues ou peu usitées dans la mixologie.

La carte a été minutieusement travaillée comme un carnet de voyages, jusqu’à extraire de chaque « destination » ce que la nature avait de plus exceptionnel à offrir. De la Bretagne au Golfe persique, de la Corse au Mexique, ce sont toutes les plantes et herbes fraîches qui sont passées à la loupe du Chef Barman.

Avec le Nautilus, mieux vaut enfiler son scaphandre pour plonger à vingt mille lieues sous les mers. Plus qu’un simple cocktail, une véritable expérience marine qui vous transporte dans les profondeurs abyssales de l’océan.

Le Bar Botaniste

Avec le Cyrus, nous voilà sur la route de la Soie, en Iran très exactement : Vodka de Seigle d’or de Pologne, Citron Noir d’Iran et Lillet Grande Réserve pour séduire les amateurs d’agrumes et de puissance aromatique. D’une intensité surprenante.

Le Bar Botaniste

Avec le Cocoa Dementha, c’est aussi déroutant visuellement qu’à la dégustation : Gin, menthe-chocolat, fève de cacao et racine de guimauve nous invitent à boire ni plus ni moins… Un After Eight.

Avec le Bloom, le Spritz s’est anobli. Un amaro travaillé à partir d’une teinture mère maison mêlant une vingtaine d’ingrédients, pour une superbe complexité et une vraie longueur en bouche.

Le Bar Botaniste

Avec le Zarparan, c’est le Negroni qui se pare d’une complexité rare : Gin, Escubac, Safran, Cardamome verte et Kummel viennent apporter par les épices un côté solaire à cet incontournable de l’histoire du cocktail.

Complexe, varié mais toujours lisible, l’itinéraire proposé par Clément Emery n’en sollicite pas moins tous les sens. L’escale se veut énigmatique quand une chartreuse est travaillée comme un élixir et que la « potion » change de couleur au fur et à mesure de la dégusta on avec les effluves d’une liqueur de basilic rouge. Elle devient emblématique, comme le cocktail-signature, le Nektar, présenté dans une abeille en verre et en étain, réunissant l’essence même de la gourmandise autour de la ruche : pollen, hydromel, propolis et cire d’abeille.

Des flacons toujours plus rares et nombreux.
Là encore, Clément Emery a travaillé minutieusement. Portant par exemple le nombre de références de whisky à 140 au lieu de 50 jusqu’ici. Avec des inédits parmi les maisons japonaises, des bourbons de 20 ans d’âge très recherchés comme le Pappy Van Winkle’s Family Reserve, une absinthe datant de 1797 – essai n°1 (uniquement 200 bouteilles réparties dans le monde), ou encore une sélection de rhums Caroni (distillerie de Trinidad disparue).

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Le Bar Botaniste
Shangri-La Hotel, Paris *****
10 avenue d’Iéna
75116 Paris

Crédits photos : Roemo Balancourt / Roberta Valerio.

Le Bar Botaniste

Dans la même rubrique :

Mots clés :