Alpine souffle ses soixante bougies.

Alpine

Alpine profite du salon Rétromobile pour marquer le coup d’envoi des célébrations de son soixantième anniversaire. L’espace dédié à la marque met en lumière les deux modèles, le coach A106 et la Willys-Interlagos, qui ont guidé Jean Rédélé vers la conception de la mythique Berlinette A110.

On ne peut pas parler d’Alpine sans parler de Jean Rédélé. Bercé dès son plus jeune âge dans un univers où automobile, compétition et Renault étaient les maîtres-mots, il s’est aussi démarqué par une vision avant-gardiste de la technologie et du commerce.

Né le 17 mai 1922, Jean est le fils aîné d’Émile Rédélé, concessionnaire Renault à Dieppe après avoir été le mécanicien attitré de Ferenc Szisz, premier « pilote d’usine » de la Marque au début du siècle. Dès la fin de ses études à HEC, Jean Rédélé est remarqué par la direction générale de Renault pour ses idées commerciales novatrices. À seulement 24 ans, il devient le plus jeune concessionnaire de France.

Considérant que « la course est le meilleur banc d’essai pour les modèles de série et que la victoire est le meilleur argument de vente », Jean Rédélé participe à ses premières compétitions à l’âge de 28 ans.

Alpine

C’est en 1962 que née l’Alpine A110 et c’est la Renault 8 qui sert de banque d’organes à la mythique création de Jean Rédélé. Dans le même temps, les relations avec Renault se renforcent un peu plus et la Régie charge la marque de représenter ses intérêts en compétition. À partir de 1967, toutes les voitures produites portent la dénomination officielle Alpine-Renault. Au fil des millésimes, l’A110 évolue régulièrement. Le moteur de 1108 cm3 passe successivement à 1255, 1565 et 1605 cm3. En 1977, la production s’achève avec la 1600SX, équipée d’un moteur 1647 cm3.

La sortie de l’Alpine A310 doit permettre à la marque de capitaliser sur le succès de la Berlinette. Malheureusement, la crise pétrolière de 1973 met un coup d’arrêt au cercle vertueux et les ventes chutent sensiblement. Alpine remontera la pente en faisant évoluer son modèle : alimentation par injection en 1974, montage du moteur V6 PRV en 1976, train arrière de R5 Turbo en 1981…

En 1985, la nouvelle GTA entre en scène. Avec ce modèle, Alpine s’éloigne un peu plus du concept spartiate de la berlinette pour basculer dans le monde du Grand Tourisme. En 1990, l’A610 fait son apparition au catalogue avec un V6 Turbo de 2963 cm3. Malgré ses qualités routières et son comportement dynamique salués par la presse, ce modèle peine à trouver son public et il disparaît en 1995.

Alpine

Souvent évoquée, ardemment souhaitée par les passionnés depuis près de vingt ans, Carlos Ghosn annonce officiellement le 5 novembre 2012, la renaissance d’Alpine et le début de la conception d’une Berlinette du 21ème siècle à l’horizon 2016. La révélation du concept-car Alpine A110-50, à l’occasion du 50ème anniversaire de la marque permet de vérifier que la flamme n’est pas éteinte.

La Société des Automobiles Alpine planche actuellement sur la Berlinette du 21ème siècle. Le concept général et le style sont déjà figés, et le travail se poursuit actuellement avec la conception pièce à pièce, le maquettage et l’industrialisation. L’usine de Dieppe bénéficie d’importants investissements, tandis que des prototypes anonymes circulent pour tester les différentes solutions technologiques.

En attendant la présentation de ce nouveau modèle, Alpine fait honneur à son image de compétiteur avec un engagement en Championnat d’Europe d’Endurance et aux 24 Heures du Mans.

Crédits photos : Renault Communication – DR – Nick Clements – Laurent Villeron – Renault Design – Jean-michel Le Meur/DPPI.

Alpine

Alpine

Alpine

Alpine

Alpine

Alpine

Dans la même rubrique :

Mots clés :