Le Saint James Paris.

Saint James Paris

Je suis un hôtel de prestige en plein Paris, un grand restaurant avec terrasse, un club privé… Je suis tout cela, et bien davantage ! Mi château, mi maison de famille, mélange de grandiose et d’intime, de classicisme et d’extravagance. Très parisien et résolument hors mode. Indéfinissable. Inclassable. Unique. Je suis le Saint James.

L’entrée est le premier choc visuel, la plongée dans un monde à part, hors du temps. Le lobby s’habille en noir et blanc, effet smoking chic bousculé par le pop art. Tactique optique et jeux de miroirs qui multiplient les effets, balustres aux rayures aléatoires, moulures surlignées de noir comme une superposition de volants bordés de velours, effet kaléidoscope des étages en perspective infinie. Au centre, un «chaos de lustres» comme une grande cascade de lumière, éclabousse l’entrée, et un tapis rouge complète ce hall follement théâtral.

Saint James Paris

Le Saint James Paris réunit tous les services d’un château-hôtel, tous les privilèges d’un club privé et tous les charmes d’une maison de grande famille. C’est un lieu sensationnel qui comble tous les sens. Pour l’esprit et la conversation, la bibliothèque mythique, le bar et les salons. Pour les plaisirs de la table, le restaurant gourmand. Pour l’évasion verte, la grande terrasse au milieu du parc. Pour la forme et la beauté, le spa avec ses cabines de soins précieux, les hammams et la salle de fitness. Et pour le reste, les 48 suites et chambres pleines de beaux rêves, qui gardent jalousement leurs secrets d’alcôve !

Chaque suite, décorée comme une chambre d’amis, est une histoire mise en scène par Bambi Sloan. La décoratrice y a convié ses personnages familiers, en inventant un univers à leur mesure. Parmi les invités, John Steed, alias Monsieur «Chapeaux melon et bottes de cuir» et sa chambre habillée de flanelle rayée et de tissus anglais, qui fait un clin d’œil à Magritte. La dernière reine d’Écosse, dont le décor mêle tartan et panthère. Références, clins d’oeil, objets très personnels chinés au cours de voyages, aux Puces ou ailleurs, chaque chambre est un petit théâtre sentimental, pensé dans les moindres détails, jusqu’aux interrupteurs personnalisés. L’humour en prime.

Saint James Paris

Côté cuisine, le Saint James poursuit sa révolution de velours avec l’arrivée récente de Virginie Basselot. Curieuse et volontaire, la jeune femme de 33 ans s’est formée auprès de Chefs de renom, tels que Dominique Bouchet au Crillon, Guy Martin au Grand Véfour et Eric Frechon au Bristol pendant neuf ans, où elle gravira les échelons pour devenir Premier Sous Chef et obtenir la 3ème étoile. Elle dirige aujourd’hui une belle brigade où sont mitonnés les plats du restaurant, du bar, des banquets et du room service.

Virginie propose une cuisine de saison fraîche et lisible. Les dressages sont aériens, savantes constructions au service du goût. Une vraie sensibilité féminine qui s’exprime admirablement dans ce cadre à la fois si dépaysant et rassurant.

Saint James Paris

Conçu comme un écrin luxueux et étonnant, subtil mélange entre Orient et Occident, le Spa Gemology allie exclusivité et excellence. Carrelage aux motifs d’arabesques, canapés baroques en velours, cabines boudoirs avec coiffeuses et grands miroirs, ce Spa distille des soins précieux. La carte somptueuse offre de la tête aux pieds tous les soins adaptés aux désirs des femmes et des hommes membres du Saint James Club ou clients de l’hôtel.

Saint James Paris *****
43, Avenue Bugeaud
75116 Paris

Crédits photos : Saint James Paris.

Saint James Paris

Dans la même rubrique :

Mots clés : , , ,